Vous aussi, comprenez le langage du tatouage !

Vous aussi, comprenez le langage du tatouage !
Culture

Bienvenue à tous !

Pour inaugurer ce premier article sur la partie MAG du site, je souhaite partager avec vous un petit glossaire qui vous permettra de mieux comprendre le langage du tatouage.

En société, à la TV ou dans les magazines, il n’est pas toujours évident de comprendre les termes associés au milieu tatouage.

En effet, chaque corps de métier possède son propre vocabulaire. Mais lorsque l’on souhaite, par exemple, se faire tatouer, il est quand même plus agréable de pouvoir comprendre son futur tatoueur et surtout de pouvoir échanger.

Alors un dermo, un flash, un spencil… Ça ne vous parle pas ?

Et bien à vos cahiers ! C’est parti !

La Partie Dessin :

Flash : Dessin réalisé par le tatoueur et prêt à être tatoué.

Book : Regroupe les tatouages et flashs réalisés par le tatoueur.

Planche : Feuille de papier qui regroupe des motifs/flashs de tatouage.

Custom : C’est un tatouage sur mesure réalisé par le client avec l’aide de son tatoueur pour un résultat unique et personnalisé.

Baver : On parle d’un tatouage qui a « bavé » lorsque celui-ci a été tatoué trop profond et dont les lignes deviennent floues.

Bodysuit : On parle ici d’un tatouage intégral du corps.

Manchette : Tatouage recouvrant l‘avant-bras.

 

Le matériel :

Dermographe : La fameuse machine à tatouer ! Aussi appelé bécane. Le dermo a été conçu par un tatoueur de New York nommé Samuel O’Reilly. Il permet d’injecter une encre sous la peau.
Plus précisément, à la limite entre le derme et l’épiderme, soit à une profondeur entre 1 et 4mm en fonction du type de peau et de la zone.

Aiguille : Élément indispensable qui  permet de placer l’encre sous la peau. Son diamètre varie de 0,25 à 0,45 mm.

Faisceau : Ensemble d’aiguilles soudées entre elles.

Magnum : C’est un faisceau d’aiguille qui permet le remplissage du tatouage.

Spencil : c’est le papier (en carbone) qui sert à décalquer le dessin à tatouer sur la peau.

 

Les techniques :

Se faire encrer ou se faire piquer : Se faire tatouer.

Transfert : permet de reproduire les tracés d’un motif de tatouage sur la peau afin d’avoir une base de travail pour tatouer.

Free hand : C’est une technique qui consiste à faire un dessin à main levée sur la peau. L’artiste tatoue ensuite cette base de dessin.

One shoot : C’est le fait de réaliser un tracé de tatouage en une seule fois et sans reprise du trait.

Hand-poke : Comme un retour aux sources, le hand-poke consiste à réaliser un tatouage à la main (sans machine) point par point.

Aplats : Consiste à se faire marquer une importante surface de la peau d’un bloc opaque de couleur.

Cover : C’est une technique de recouvrement d’un tatouage par un nouveau tatouage.

Voilà vous êtes prêts !

Si vous souhaitez vous perfectionner encore plus, retrouvez les différents styles de tatouage sur le site -> Les Styles de Tatouage

 

De mon côté, avec la tournée, à force de rentrer dans les shops, d’entendre le dermo, de voir les books et flashs des artistes… Cela me donne très envie de me faire à nouveau encrer… Même si je rêve d’un tatouage en Hand-poke !

Vous m’avez comprise ? 😉